Nous apprenons que le chef d’agence de Dijon du Bien Public aurait été agressé et insulté par le directeur général des services de la ville de Dijon et de la métropole, le 13 septembre dernier

Ces faits, rapportés et dénoncés par le Syndicat National des Journalistes (http://www.snj.fr/article/journaliste-du-bien-public-insult%C3%A9-une-agression-inexcusable-1996590219), s’ils sont avérés, constituent une atteinte grave et préoccupante à la liberté de la presse et à l’indépendance des journalistes.

Ils viendraient illustrer une nouvelle fois la difficulté de l’équipe municipale en place en matière de transparence et d’information du public. 

Nous avons eu de trop nombreuses démonstrations par le passé des pressions exercés envers des organes de presse, dénoncées par Reporters sans frontières en 2011 mais renouvelées de manière fracassante en 2015 lors du retour du ministre dans ses fonctions locales.

Nous avions déploré également que le maire de Dijon ait créé de toute pièce en septembre 2017 un poste de directeur de relations de presse, sur lequel il a aussitôt recruté en direct un membre de son entourage familial.

Il est temps de changer de pratiques et de respecter l’indépendance de la presse et des media locaux, pour garantir une information transparente des Dijonnais.

Emmanuel Bichot, président d’Agir pour Dijon